Pour réussir la transition énergétique, engageons la rénovation des bâtiments

Rapport AIE 2015 marché de l’efficacité énergétique : les éléments marquants

Après le pétrole, le gaz et les renouvelables, l’Agence Internationale de l’Energie vient de publier son rapport 2015 consacré à l’efficacité énergétique.

Les éléments à retenir au niveau mondial et pour la France :

– l’intensité énergétique (rapport entre la consommation d’énergies et le PIB) des pays de l’OCDE s’est en moyenne améliorée de 2,3% en 2014. La consommation d’énergies des pays membres s’est stabilisée au niveau des années 2000 alors que depuis cette date leur PIB a augmenté de 26%;

– grâce aux consommations évitées, l’efficacité énergétique « contribue » à hauteur de 500 Mtep au mix énergétique des pays membres de l’AIE. C’est l’équivalent de 2/3 de la part du gaz et de l’électricité;

Capture d’écran 2015-10-14 à 16.22.38

– excepté pour le secteur des transports, les prix bas du pétrole devraient peu impacter le marché de l’efficacité énergétique d’autant que cela donne la possibilité à certains Etats d’abolir les subventions aux énergies fossiles (qui limitaient l’intérêt économique des économies d’énergies);

– élément original, les pays exportateurs de pétrole comme l’Arabie Saoudite se mettent sérieusement aux économies d’énergie afin de « libérer » des capacités d’exportations supplémentaires.

Le rapport de l’AIE permet également de comparer la France avec certains de ses voisins :

– l’efficacité énergétique a permis à l’Allemagne de réduire ses importations d’énergie d’environ 30 milliards de dollars (soit une augmentation de leur balance commerciale de 12%) contre 15 milliards pour le Royaume-Uni et 10 milliards pour la France;

 

Capture d’écran 2015-10-13 à 18.29.10

 

– en 2013, l’Allemagne investissait 20 milliards d’euros dans la rénovation énergétique contre 12,8 milliards pour la France (données OPEN ADEME). C’est donc une augmentation de 26% par rapport au niveau de 2006. En France, les investissements de 2013 sont au niveau de ceux de 2006 (source : étude OPEN ADEME).

Enfin à l’approche de la COP 21, il est toujours bon de rappeler que l’efficacité énergétique contribue actuellement à hauteur de 40% à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les renouvelables arrivant deuxième avec 30%;

Capture d’écran 2015-10-14 à 15.59.41