Pour réussir la transition énergétique, engageons la rénovation des bâtiments

En vertu de la directive efficacité énergétique, la France doit mettre en place une stratégie à long terme pour la mobilisation des investissements dans la rénovation du parc immobilier national, y compris les bâtiments résidentiels et commerciaux, publics comme privés.

Chaque stratégie nationale à long terme doit inclure: un rapport sur l’état du parc immobilier, l’identification des approches rentables pour la rénovation, des politiques visant à stimuler des rénovations en profondeur qui soient rentables, y compris celles effectuées par phases, l’orientation vers l’avenir pour les décisions d’investissement des particuliers, l’industrie de la construction et des institutions financières, et une estimation indicative des économies d’énergie escomptées et autres avantages.

Dans la conception des stratégies de rénovation, il est essentiel que la France évalue les obstacles particuliers qui affectent ce marché. Des actions correctives doivent être prises pour les écarter. Sans s’y limiter, ces mesures incluent également de nouvelles politiques et des initiatives réglementaires visant notamment les secteurs de la construction. Ces politiques de long terme doivent englober une série de mesures s’adressant à tous les types de bâtiments, tous les profils de propriétaires et tous les modes d’occupation.

Actuellement, la plupart des travaux de rénovation n’aboutissent qu’à un modeste gain d’efficacité énergétique (environ 20-30 %). Les changements nécessaires doivent remédier à cela en encourageant les rénovations énergétiques profondes (un parc existant au minimum de classe B en 2050). L’enjeu climatique ne doit pas être oublié : sans rénovation énergétique majeur du parc existant de bâtiments français, la division par 4 des emissions de gaz à effet de serre (ou « facteur 4 », objectif français officiel pour 2050) sera hors de portée.

Par conséquent, pour être efficace, un plan de rénovation doit être prévu sur le long terme, viser une transformation profonde du parc immobilier existant et améliorer significativement sa performance énergétique actuelle vers un niveau de consommation proche de zéro. Le plan de rénovation doit avoir des étapes intermédiaires à atteindre et être basé sur un processus continu et suivi. Un plan de rénovation à long terme doit être élaboré simultanément à d’autres stratégies (environnementales, économiques, sociales et énergétiques) de long terme elles aussi, afin d’exploiter les synergies, de réduire les coûts et de maximiser les bénéfices. Pour une mise en place réussie de ce plan de rénovation, il est primordial d’impliquer dans son élaboration et sa révision périodique toutes les parties prenantes.

Enfin, un plan de rénovation réaliste et réussi doit aussi tenir compte de tous les avantages sociaux, environnementaux et macro-économiques et définir en conséquence le niveau approprié de soutien public à allouer à ceux qui rénovent leur bâtiment. Néanmoins, l’objectif d’un plan de rénovation à long terme doit être une transformation totale du marché d’ici à 2050, ainsi qu’une baisse des aides publiques, menant à des travaux de rénovation sur une base commerciale.