Pour réussir la transition énergétique, engageons la rénovation des bâtiments

Classement de l’ACEEE des Etats en matière d’efficacité énergétique : des résultats à tempérer

L’American council for an energy-efficient economy (ACEEE) publiait fin juillet la troisième édition de son classement mondial des pays en fonction de leur politique d’efficacité énergétique. L’Allemagne championne du monde et la France au pied du podium constituent l’information principalement retenue. Des résultats à nuancer.

La pondération des critères du classement a tout d’abord changé cette année : l’ACEEE a décidé de donner plus d’importance aux objectifs politiques au détriment de la performance de mise en oeuvre de ces derniers.

Cela jette dès lors un doute sur l’Allemagne qui fait désormais l’objet d’une saisine de la Commission européenne par des ONG qui estiment que des différences majeures existent entre les notifications européennes et la mise en oeuvre au niveau national.

La remarque vaut également pour la France, elle aussi sujette à la même démarche depuis 2015 par France Nature Environnement et le CLER.

A la décharge de l’ACEEE, les données permettant une comparaison sérieuse des Etats sur la mise en oeuvre de leurs politiques d’efficacité énergétique sont difficiles d’accès (quand elles existent) et varient selon les pays.

Cependant, l’Agence européenne de l’environnement publiait fin 2015 un rapport faisant un point sur les trajectoires des Etats-membres vers les objectifs énergétiques et climatiques européens de 2020. L’Allemagne et la France apparaissent dans les pays très en retard sur l’objectif d’efficacité énergétique !

Capture d’écran 2016-08-22 à 10.19.46

Ce constat souligne encore une fois l’importance d’une coopération franco-allemande en matière d’efficacité énergétique qui demeure en réalité un point faible de chacun des deux Etats.

L’ACEEE a cette année également ajouté des pays peu performants ce qui a eu pour conséquence de distendre l’échelle de classement.

En bref, s’il est vrai que l’Allemagne et la France ne sont pas les pays plus mauvais en matière d’efficacité énergétique, le haut de la hiérarchie mondiale mériterait probablement d’être revue.